SaintePhilomène une “rescapée” des catacombes

Même si sainte Philomène jouit encore d’une certaine popularité, notamment en terre italienne, force est de constater qu’elle n’est plus autant invoquée et priée qu’elle  a  pu l’être à l’époque du Saint Curé d’Ars, qui se plaisait à l’invoquer dés qu’un obstacle matériel ou spirituel résistait à sa simple prière.

Pourquoi cette désaffection, tout du moins apparente ?  Une des nombreuses causes semble être le fait, qu’après le concile de Vatican II, de nombreux Saints Martyrs de l’Eglise des premiers temps du christianisme, aient été retirés du calendrier au profit de “figures spirituelles” plus contemporaines. Pourtant, au cours de l’histoire, une multitude de saints, pontifes et simples croyant, attestent par un nombre incalculable de Grâces et de faits extraordinaires, obtenus par l’intercession de Sainte Philomène, qu’elle est une puissante auxiliatrice.

Que sait-on au juste de la vie de Sainte Philomène et de ses origines ?

A vrai dire pas grand chose; elle était semble-t-il de noble lignage puisqu’elle était la fille du roi d’un petit état Grec , sa mère, elle aussi était d’ascendance royale. Ils étaient tous deux païens et se désolaient de ne pas avoir de descendance. Ils pensaient, naïvement, qu’en redoublant de prières et de sacrifices à leurs idoles leur désir d’enfant serait comblé; les années passèrent, mais rien ne se produisit. Or, non loin de leur palais vivait un citoyen romain, un certain Publius, converti au Vrai Dieu et menant une vie exemplaire ; pris de compassion pour leur aveuglement spirituel, il les instruisit des vérités de la Vrai Foi et leur promis que, s’ils se convertissaient et se faisaient baptiser, leur désir d’enfant serait exaucé, ce qui, une foi le sacrement reçu, ne manqua pas de se produire le dix janvier de l’année suivante. L’enfant naquit et reçu le nom de “lumena”, qui fut complété , plus tard au moment de son baptême, pour devenir “philumena”, “qui aime la lumière”…

Ses parents, qui lui étaient très attachés, l’accompagnèrent à Rome  alors qu’elle entrait dans sa treizième année dans le but d’entamer des pourparlers de paix avec l’empereur. L’empereur consentit à la paix  à la seule condition que Philomène, dont la beauté l’avait subjugué, devint sa femme. Ses parents ne s’opposèrent pas à la demande de l’empereur, mais Philomène, qui avait fait vœux de se préserver de toutes souillures pour la vie, refusa net. Son père, devant l’importance de l’enjeu, essaya de la convaincre de consentir au mariage, l’empereur lui-même, lui rendit de quotidiennes visites sans plus de résultat. De plus en plus excédé par sa Sainte obstination à se préserver de toute souillure charnelle, l’empereur la fit emprisonner et enchaîner dans une tour.

Durant sa captivité Philomène n’avait de cesse d’invoquer la Très Sainte Vierge Marie. Le trente-septième jour de sa captivité , la Reine du Ciel lui apparut portant son Divin Fils et lui révéla que sa captivité, en cette tour, devait se prolonger encore trois jours pour aboutir à des supplices bien plus cruels encore,  qui se termineraient par le Témoignage Suprême du Martyr pour la plus grande gloire de Notre Seigneur.  Notre Dame lui assura même qu’au moment du supplice, privilège insigne, elle serait assisté de l’Archange Gabriel .

Elle fut liée à un pilier, puis cruellement flagellée. L’empereur voyant qu’elle était à l’agonie la fit ramener dans sa geôle pour y mourir. Là deux anges du Seigneur la guérirent miraculeusement.  Malgré cette intervention Divine, l’empereur persista dans son endurcissement et ordonna qu’on lui attachât une ancre de fer autour du cou, puis qu’on la précipitât dans le Tibre . Là encore Notre Seigneur manifesta sa Toute Puissance et missionna deux de ses anges pour couper la corde de l’ancre qui entravait et lestait le corps de la Petite Martyre. Philomène ressortit de l’eau son vêtement parfaitement sec. Ce Prodige ne manqua pas d’émouvoir plusieurs personnes de l’assistance qui se convertirent. Malgré ces manifestations extraordinaires, Dioclétien persistait dans sa rage et son aveuglement et déclara qu’elle était une sorcière, il ordonna que l’on perçât Philomène de flèches et que l’on réitéra le supplice jusqu’à ce que mort s’ensuive. Mais à chaque tentative des bourreaux de décocher un trait, la flèche refusait littéralement de se laisser propulser par l’arc; l’empereur ordonna même que l’on fit chauffer les flèches à blanc , mais là encore, rien n’y fit.

Devant tant de prodiges, de plus en plus de témoins, stupéfaits, se convertirent . La Divine Providence ayant décidé que le destin de Philomène était accompli, elle permit que la petite Sainte fut enfin mis à mort, par décollation, ce qui fut fait un vendredi après midi à trois heures…

Nous n’évoquerons pas ici, tant ils sont nombreux, les miracles et faits extraordinaires généralement attribués à cette sainte, une recension en serait d’ailleurs, totalement impossible. Mentionnons simplement que le Saint Curé d’Ars ainsi que le Saint Padre Pio avaient tous deux, pour la petite martyre, une très grande dévotion et qu’ils ont obtenu par son intercession de nombreux miracles.  Nous nous contenterons de dire que  sainte  Philomène est , à l’instar d’une Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, une véritable “formule 1 du calendrier” et que nous ne saurions trop vous conseiller d’avoir recours à la puissante intercession de ce “bolide de la sainteté”.