Pas de mort programmée pour Vincent Lambert.

La nouvelle est tombée : contre toute attente, l’hydratation et l’alimentation de Vincent Lambert ne seront pas arrêtées . Le 23 juillet les médecins du centre hospitalier universitaire de Reims ont décidé de mettre fin à la procédure collégiale qui visait à arrêter l’alimentation et  l’hydratation de Vincent  au motif que “les conditions de sérénité et de sécurité nécessaires à la poursuite de cette procédure” n’étaient pas réunies.

Toutefois, le Dr Simon, en charge de la funeste procédure, a annoncé à la famille son intention de saisir le procureur de la République dans le but de désigner, via le juge des tutelles, un tuteur légal chargé de la protection juridique de l’intéressé.

Rappelons que le tuteur nommé ne disposera d’aucune autorité pour prendre la décision d’arrêter les soins.

Selon Mme. Lambert, la mère de Vincent, si l’hôpital se préoccupe  de la protection de son fils, c’est donc qu’il est bien vivant, dans toutes les “acceptions” du terme… D’ailleurs la meilleure façon de le “protéger” serait de le transférer dans un centre de soins adaptés à son état. Plusieurs établissements français et étrangers ont dores et déjà proposé de l’accueillir ; souhaitons que le juge des tutelles mette tout en oeuvre pour faciliter son transfert .

Quoiqu’il en soit, on ne peut que  rendre grâce à Dieu  pour ce revirement d’une situation dont l’issue paraissait clairement en faveur des tenants de la culture de mort. N’oublions pas, qu’outre plusieurs ecclésiastiques, de nombreux présidents et membres d’associations d’obédience catholiques, se sont levés comme un seul homme pour protester contre cette infamie et surtout pour appeler les chrétiens et tous les hommes et femmes de bonne volonté à les imiter dans le rejet de ces “anti-valeurs”   et à prier pour que le corps médical ne valide pas  une décision aux conséquences aussi incalculables qu’irréparables…

 

Charles Meret Zolver

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *