La Résurrection de Notre Seigneur

Christ est ressuscité  Pour tous les authentiques chrétiens, Pâques a toujours été, est et restera la solennité des solennités, le Jour du Seigneur par excellence; et Il ne peut en être autrement, puisqu’on y célèbre la plus éclatante manifestation de Dieu : à savoir, la seconde Hypostase divine, le Verbe de Dieu fait Chair, se ressuscitant Lui-Même, attestant de la manière la plus irréfutable qui soit, l’Origine Divine de Sa Personne, de Sa Mission, de Sa Doctrine et de Ses Oeuvres.

Ce furent les apôtres qui instituèrent eux-même cette solennité en donnant son nom au premier jour de la semaine et en transférant au dimanche toutes les obligations et prescriptions de la Loi Mosaïque se rapportant à la célébration du Sabbat.

Le terme même de “Pâques” est d’origine hébraïque ( Pessa’h) et signifie, originellement, “sauter ou passer au-dessus”. La Pâques juive, rappelons-le, est la commémoration de la délivrance d’Israël du joug égyptien et par extension du paganisme; elle comporte des épisodes bibliques universellement connus : la passage de l’Ange Exterminateur frappant de mort tous les premiers nés des égyptiens, la traversée miraculeuse, à pieds sec, de la Mer Rouge, préalable à la prise de possession de la Terre Promise par le Peuple Elu.   Tous les israélites désirant échapper aux coups vengeurs de l’Ange Exterminateur devaient au préalable consommer l’agneau pascal selon les prescriptions divine et marquer de son sang leurs demeures.
Ainsi, l’agneau pascal de l’Ancienne Alliance préfigurait-il, le Sacrifice par Excellence, celui de Notre Seigneur, l’Agnus Dei, qui nous réconcilie avec Dieu et nous ouvre, à nouveau, les portes du Ciel.

Les Saintes Ecritures ne nous indiquent pas l’instant précis de la Résurrection de Notre Seigneur, tout au plus sait-on qu’elle eut lieu le troisième jour, à l’aurore, un peu avant la levée du soleil. Il n’est pas non plus précisé la manière dont s’opéra ce Prodige. Toutefois, certaines âmes privilégiées, notamment la bienheureuse Ann-Kathrin Emmerich*, auxquel Dieu fit découvrir certains de ses “Arcanes”, nous décrivent la réintégration du Corps du Sauveur par son Âme, filant, telle une étoile à la vitesse de l’éclair.

Le saint Jour de Pâques est un jour de réjouissance, puisqu’il représente le but ultime, l’accomplissement de notre foi en tant que chrétiens. Saint Paul, même nous le rappelle : “…Si le Christ n’est pas ressuscité notre foi est vaine…”. Par Sa Passion, Sa Mort et Sa Résurrection, le Sauveur arrache les ELUS à l’esclavage du péché et à l’emprise de la mort. Sa résurrection est aussi le gage d’une vie nouvelle dans ce monde comme dans l’autre.

Dans le Pater Noster, nous prions Dieu qu’Il fasse advenir son Règne et qu’Il fasse que  Sa Volonté soit faite “…sur la terre comme au Ciel…”.
Le dimanche de Pâques représente l’accomplissement de cette promesse sous la forme de l’Eglise, en tant qu’institution, figurant de manière tangible, le Corps Mystique de Notre Seigneur Jésus- christ et de manière analogique les Hiérarchies et Puissances Célestes.

Cette promesse d’une “nouvelle vie en Jésus-christ” est aussi une des raisons pour laquelle les nouveaux convertis, les catéchumènes, sont généralement baptisés, et autrefois confirmés, durant la Vigile Pascale. Leur baptême, en cette solennité si singulière, par analogie à la Mort et à la Résurrection du Sauveur, figure leur mort au péché et leur nouvelle vie en Jésus-Christ.

La fête de Pâques étant l’acmé, le “point culminant”, l’aboutissement de l’année liturgique, à cette occasion, très logiquement, l’Eglise nous demande, comme l’on disait naguère, de “faire nos Pâques, c’est à dire, de confesser nos péchés et de recevoir humblement Notre Sauveur sous la forme du Pain Transsubstantié.

La résurrection de Notre Seigneur n’est pas qu’un simple événement qui s’est produit à un instant “T” de l’Histoire, elle est, si nous pouvons dire, d’une “actualité permanente”, en ce sens que le Christ est ressuscité Corps et Âme , qu’il vit dans un éternel présent  à nos côtés,  dans tous les tabernacles de la Terre ainsi qu’au Ciel.

Comme nos frères chrétiens d’orient, aimons à  dire et répéter :

-Le christ est ressuscité, Alleluiah !

– Il est vraiment ressuscité!

 

 

 

Christus vincit!

Christus regnat!

Christus imperat!

 

 

 

 

 

* les visions d’Ann-Kathrin Emmerich sont disponibles aux éditions Téqui.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *