La Toussaint

L’Eglise célèbre les saints tout au long de l’année, pratiquement chaque jour est consacré, au moins, à l’un d’entre eux; il n’est que de consulter le calendrier ou le Martyrologe pour s’en apercevoir. La solennité de la Toussaint a ceci de particulier qu’elle honore tous les saints, les plus populaires, comme ceux connus de Dieu seul. L’Eglise a donc choisi un jour particulier dans l’année pour honorer tout particulièrement l’ensemble des Elus et implorer leurs suffrages ainsi que leur puissante intercession.

Le culte des Saints est indissociable de la notion de Communion des Saints, élément capital de la Doctrine Catholique: tous les Vrais Croyants, qu’ils soit sur Terre, au Ciel, ou même au purgatoire, sont en en quelque sorte, reliés, “connectés” spirituellement. En conséquence, nous pouvons tout naturellement, prier les uns pour les autres, y compris les défunts  en cours de purification, ainsi qu’implorer leur intercession.

Nous savons que dés les premiers temps de l’Eglise, à savoir depuis au moins  le second siècle, les Saints sont honorés. Ce n’est d’ailleurs pas un usage spécifiquement chrétien, puisque les anciens juifs pieux  avaient coutume de prier sur les tombeaux des patriarches, voir, de conserver et  vénérer leurs reliques.

Au début, les dates de commémorations des Saint et Martyrs variaient en fonction des lieux, des “coutumes” locales et des Saints eux-mêmes. Progressivement, les jours de commémorations deviendront plus universels; ce n’est qu’au Vème siècle, plus précisément en quatre-cents-sept, que Saint Jean- Chrysostome  fixera, pour les églises d’orient, au premier dimanche après la Pentecôte, le jour dédié au culte de tous les saints. En occident, le culte des saints a d’abord été commémoré le treize mai, puis progressivement, sous le pontificat de Grégoire III au VIIIème siècle, l’usage de célébrer cette solennité le premier novembre se généralisa peu à peu.

Comme nous l’avons évoqué plus haut, le culte des Saints n’est pas une “invention” catholique, il est même quasiment universel; en effet, de nombreux cultes, y compris païens, ont coutume d’honorer les grandes figures spirituelles, ou tout simplement les défunts de leurs familles. Ne nous laissons pas ébranler par les discours de certains hérétiques protestants assimilant le culte des saints à de l’idolâtrie, nous savons que même si, DIEU SEUL, peut être adoré, il rentre dans les Desseins de la Divine Providence que tous les Vrais Croyants invoquent et vénèrent ces grandes figures tutélaires toutes imprégnées et transparentes de Dieu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *